Nationale 7

La Nationale 7 courrait à travers le pays, du nord au sud, de Paris aux rives de la Méditerrannée. C'était la route des vacances.

Nationale 7, à ces mots, les français d'un certain âge entendent un air d'accordéon et voient des 2 chevaux, des 4 chevaux et des 4 ailes. Ils voient des temps disparus qui n'ont jamais existé ailleurs qu'au cinéma, dans les livres et dans une chanson de Charles Trenet. La Nationale 7 n'est qu'une nostalgie.

J'ai suivi les 994 km de cette route en 1999 et 2000, en juillet, au chaud, de la Porte d'Italie à Paris jusqu'à l'Italie au poste frontière abandonné de Menton en écoutant ( très fort ) sur mon autoradio l'album des Clash « From here to eternity ».

La Nationale 7 n'existe plus ( malgré les efforts désespérés de quelques offices de tourisme ) depuis le 5 décembre 2005.

Ce travail a été exposé à l'initiative de Raymond Depardon aux rencontres d'Arles en 2006 sous le titre « Que reste t'il ? »